PUBLISHED 8th juin 2023

Rencontre avec Teddy Stehly, showrunner de Belfort & Lupin

A l’occasion du lancement de notre nouvelle série de portraits “L’envers du décor”, nous avons discuté avec Teddy J. STEHLY, créateur, showrunner et scénariste pour la série Belfort & Lupin en production dans notre studio.

Teddy, tu es scénariste de formation, spécialisé dans l’animation. Qu’est-ce qui te plaît dans l’animation ?
La liberté. L’animation permet de donner libre cours à son imagination, à des envies d’écriture que la prise de vue réelle ne permet pas, ou n’accomplit pas avec le même sens du rêve et de la fantaisie.

Que cela t’apporte-t-il de travailler sur certaines séries en tant que scénariste et sur d’autres en tant que directeur d’écriture ?
Le directeur d’écriture supervise l’homogénéisation de l’écriture et sert d’interface avec les diffuseurs qui sont amenés à faire des retours sur tout ce qui est écrit. Il s’assure également que le travail des scénaristes soit réalisable en termes de capacités techniques et de budget.
Le métier de scénariste est, quant à lui, purement créatif, avec une partie technique pour la structure, bien sûr. Ce ne sont donc vraiment pas les mêmes parties du cerveau qui travaillent. Jongler entre les deux permet de toujours tenir aiguisés ses outils d’écriture, ses structures, de se tenir au fait des avancées techniques, d’être au plus près des studios et des réalisateurs. En tant que scénariste, on est souvent un peu à distance du processus de production, contrairement aux coordinateurs et directeurs d’écriture.

Depuis environ deux ans, tu es showrunner pour la série Belfort & Lupin, en plus de ton rôle de scénariste. Pourrais-tu nous expliquer cette fonction au sein du projet ?
La fonction de showrunner n’est encore pas très répandue en France mais existe depuis de nombreuses années outre-Atlantique. Elle est apparue sur des séries en prise de vue réelle et offre à des personnes issues des pôles écriture de pouvoir garantir l’intégrité narrative d’un univers dense au fil des saisons. Ellipse Animation m’a proposé ce poste sur le projet Belfort & Lupin puisque s’agissant d’une création originale, il n’y avait pas de références préalables. Mon poste de showrunner consiste donc principalement à incarner ce référentiel et définir un cap artistique.

Quelles sont les implications pour toi de travailler sur un concept original ? Que cela change-t-il par rapport à une adaptation comme la série La Famille Blaireau-Renard (Ellipse Animation) sur laquelle tu as travaillé ?
Que ce soit en tant que scénariste ou directeur d’écriture, je considère le travail d’adaptation comme un travail d’accompagnement : il s’agit de mettre son énergie et sa créativité au service d’un univers parfois très connu, pour l’étendre vers d’autres avenirs, tout en respectant la vision de l’auteur original. Bien comprendre les intentions du créateur du concept et des personnages requiert un certain sens de l’empathie. Dans le cas d’une création originale, le défi est ailleurs : on part d’une page blanche. Il est difficile de trouver une idée nouvelle parce qu’il y a tellement de choses qui ont été faites dans l’animation et même dans l’audiovisuel en général. Quand on parvient à trouver un axe différent, quelque chose d’intéressant à raconter, vient ensuite l’étape du démarchage : trouver un producteur et des diffuseurs que le sujet peut intéresser. C’est un parcours du combattant.

Concept art de Belfort & Lupin

Comment t’est venue l’idée de la série Belfort & Lupin ?
J’ai fait mes études de cinéma à côté de Versailles, à 3IS, et j’ai passé beaucoup de temps au château. Un jour, j’ai découvert qu’il y avait des animaux partout dans le château à l’époque de Louis XIV. En me documentant je me suis dit que cela pourrait être intéressant de raconter Versailles du point de vue de ces animaux.

Est-ce la raison pour laquelle tu as choisi un chien et un loup comme protagonistes ?
Je me suis concentré très vite sur un chien parce que Louis XIV les adorait. Versailles était également un lieu de contrastes très marqués entre classes sociales, entre la noblesse et le peuple. J’avais envie de raconter cela aussi dans cette série car c’est, pour moi, indissociable de ce que représente Versailles. Ainsi, un deuxième personnage s’est naturellement créé pour former ce binôme de protagonistes : Lupin, le loup vivant dans les jardins. Il représente la nature et les animaux sauvages, et est un contraste parfait avec le chien de Louis XIV, Belfort, qui est très… princier.

Dans quelle mesure le fait que la série soit en 3D rendu 2D impacte la direction artistique et t’influence en tant que scénariste et showrunner ?
J’ai toujours souhaité que Belfort & Lupin s’inscrive dans la lignée des grands classiques de l’animation. C’est pour cela que la direction artistique de la très talentueuse Justine Cunha évoque une 2D très nostalgique. Les outils de la 3D nous permettent d’avoir ce rendu dans une économie de série. Grâce à eux, nous n’avons pas à redessiner les personnages image par image et nous pouvons reconstituer les décors de Versailles qui sont d’une complexité assez monstrueuse. De cette direction artistique et de ce choix de technique découlent donc un certain nombre de contraintes qui influencent l’écriture, mais aussi le travail du réalisateur Philippe Vidal, notamment les mouvements de caméra. Autant dans le visuel que dans l’écriture, j’ai voulu retrouver cette nostalgie du grand classique avec la grammaire qui la caractérise : la douceur et le temps pour le contemplatif. On a de très beaux décors dont on va pouvoir profiter et une palette d’émotions vraiment très vaste. C’est une série où on ose faire un peu peur et un peu pleurer. Bien sûr, il y a de l’aventure et de la comédie mais on retrouve surtout une richesse d’émotions qui tend vers la qualité narrative des longs-métrages, contrairement à ce sur quoi j’ai eu l’habitude de travailler jusqu’ici.

Te reconnais-tu plutôt en Belfort ou en Lupin ?
Haha ! La grande question. Les deux. Je pense que je suis un peu les deux par mon histoire familiale. Je suis d’une famille très française, un peu bourgeoise, de la ville de Belfort du côté de mon père ; et de celui de ma mère, je suis issu d’une famille gitane. Je pense que ce projet raconte aussi ce contraste familial. J’ai puisé dans les deux pour construire des personnages différents mais je me reconnais autant dans Belfort que dans Lupin.

Synopsis : Rien ne pourrait entraver l’amitié entre Belfort et Lupin, pas même les règles strictes de la cour de Versailles ! Entre le chien préféré de Louis XIV et le loup qui vit dans les jardins, un lien unique s’est créé. Ensemble, nos deux amis vont vivre de folles aventures, riches de découvertes, et vont venir en aide à toute une Ménagerie ! Car les animaux et les péripéties ne manquent pas au Château du Roi Soleil, où les petits tracas des humains sèment la pagaille chez nos amis les bêtes.

Découvrez-en plus sur notre série Belfort & Lupin sur la page qui lui est dédiée sur notre site. Et suivez-nous sur notre Instagram @ellipseanimation pour plus de contenus sur les coulisses de nos productions !

LATEST NEWS

Ellipse Animation étend ses activités à la production de webtoons

Le producteur italien Studio Campedelli rejoint Ellipse Animation

Ellipse Animation recrute Morgann Favennec au nouveau poste de Directrice des Financements internationaux

Komodo No Chill, notre nouveau projet jeunesse présenté au Cartoon Forum

mifa_program

Retrouvons-nous à Annecy ! Découvrez le programme d’Ellipse Animation

Le film Yakari 2 présenté au Cartoon Movie 2023

Ellipse Animation renforce son studio d’Angoulême et nomme Arnaud Réguillet pour le diriger

Les Filles de Dad arrive en France et en Belgique

Ellipse Animation : au cœur de la stratégie de Média-Participations